Voir aussi

Tutoriel du langage UML : Diagramme de cas d’utilisation

2.2. Relations entre acteurs et cas d’utilisation.

Le diagramme de cas d’utilisation décrit les grandes fonctions d’un système du point de vue des acteurs, mais n’expose pas de façon détaillée le dialogue entre les acteurs et les cas d’utilisation. attentes et les besoins du client. Le diagramme des cas d'utilisation (Use Case Diagram) constitue la première étape de l’analyse UML en: Modélisant les besoins des utilisateurs. système (visible de l’extérieur du système). Un cas d’utilisation se représente par une ellipse.

2.1. Les cas d’utilisation

attentes et les besoins du client. Le diagramme des cas d'utilisation (Use Case Diagram) constitue la première étape de l’analyse UML en: Modélisant les besoins des utilisateurs. système (visible de l’extérieur du système). Un cas d’utilisation se représente par une ellipse.

À la figure 1. À la fi gure 1. Une dépendance se représente par une fl èche pointillée. Un stéréotype est souvent ajouté audessus du trait. Le stéréotype inclut indique que la relation de dépendance est une inclusion fi gures 1. Le stéréotype é tend indique une extension fi gure 1. Une extension est souvent soumise à une condition indiquée dans une note attachée à la fl èche pointillée.

Le symbole utilisé pour la généralisation est une fl èche en traits pleins dont la pointe est un triangle fermé. La fl èche pointe vers le cas le plus général fi gure 1. Un cas relié à un autre cas peut ne pas être directement accessible à un acteur figure 1. Les relations entre cas ne sont pas obligatoires. Par exemple, à la figure 1. La question à se poser est: La réponse à cette question ne sera pas toujours la même selon le contexte du projet. La seule relation possible entre deux acteurs est la généralisation: Le symbole utilisé pour la généralisation entre acteurs est une fl èche en traits pleins dont la pointe est un triangle fermé.

Le regroupement peut se faire par acteur ou par domaine fonctionnel. Client, Stock et Support. Par exemple, si un paquetage B inclus dans un paquetage A contient une classe X, il faut écrire A:: X pour pouvoir utiliser la classe X en dehors du contexte des paquetages.

Les principaux acteurs sont les utilisateurs du système. Ils sont en général faciles à repérer. Chaque acteur doit être nommé, mais attention, pour trouver son nom, il faut penser à son rôle: Plusieurs personnes peuvent avoir le même rôle. Réciproquement, une même personne physique peut jouer des rôles différents vis-à-vis du système et donc correspondre à plusieurs acteurs.

Pour faciliter la recherche des acteurs, on peut imaginer les frontières du système. On peut se demander pourquoi adopter un point de vue fonctionnel, et non technique? Trop souvent, par le passé, les logiciels étaient techniquement très élaborés sans pour autant satisfaire les utilisateurs.

Le séquencement temporel sera pris en compte plus tard, notamment dans la description détaillée des cas voir section 3. Dans quel ordre les opérations sont-elles eff ectuées? Tous ces détails sont des éléments de spécifi cation. On y voit clairement apparaître une séquence de messages. Le graphisme utilisé fait partie du formalisme des diagrammes de séquence voir chapitre 3. Cette liberté de choix peut être déroutante, mais comme UML est censé pouvoir modéliser tout type de système, une manière unique de décrire un cas ne suffirait pas.

Ainsi, le modélisateur peut utiliser le type de diagramme qui lui paraît le plus adapté pour représenter son problème et sa solution , tout en restant dans la norme. Elles indiquent dans quel état est le système avant que se déroule la séquence le distributeur est alimenté en billets par exemple. Elles indiquent dans quel état se trouve le système après le dérouement de la séquence nominale une transaction a été enregistrée par la banque par exemple.

La séquence nominale ne suffit donc pas pour décrire tous les comportements possibles. Ces deux types de séquences se décrivent de la même façon que la séquence nominale mais il ne faut pas les confondre.

Une exception se produit si la connexion avec le système central de la banque qui doit vérifi er la validité du compte est interrompue. La survenue des erreurs dans les séquences doit être signalée de la façon suivante: La séquence nominale, les séquences alternatives, les exceptions, etc.

Parfois, les utilisateurs ont du mal à décrire un cas sous une forme textuelle. Mais quand elles sont bien menées, elles permettent de lever toutes les ambiguïtés du cahier des charges et de recueillir les besoins dans leurs moindres détails.

UML ne propose rien pour mettre des priorités sur les spécifications. Que savonsnous sur le système après avoir créé ce diagramme? Sur le système lui-même, en interne, pas grand-chose à vrai dire. Donc, a fortiori, à ce stade, nous ne savons toujours pas comment le réaliser. Les spécifications fonctionnelles disent ce que le système doit faire pour les acteurs. Le présent chapitre se poursuit par une série de problèmes corrigés. Ce chapitre se termine par des études de cas de complexités croissantes.

Est-ce le client, le pistolet ou la gâchette? Est-ce un nouvel acteur? La station a un gérant qui utilise le système informatique pour des opérations de gestion. Pour le système informatique qui pilote la station-service, le pistolet et la gâchette sont des périphériques matériels.

De ce point de vue, ce sont des acteurs. Pistolet et gâchette doivent donc faire partie du système à modéliser. Ici, nous sommes face à deux options contradictoires: Pour lever cette ambiguïté, il faut adopter le point de vue du client. Le client doit alors être modélisé deux fois: La gestion de la station-service définit une nouvelle fonctionnalité à modéliser. La station offre un troisième service: Le système informatique doit prendre en charge cette fonctionnalité supplémentaire.

Un nouvel acteur apparaît alors: Le client introduit sa carte. Il doit ensuite pouvoir choisir une vidéo. Quels sont les critères de choix? Ce problème arrive fréquemment en situation réelle. Il sait rarement rédiger un cahier des charges. Choisir une vidéo peut être complexe: Si la recherche se fait par genres, quels sont-ils? De plus, cette fonctionnalité peut être isolée de la location proprement dite, qui concerne plutôt la gestion de la carte. Il faut cependant veiller à rester au niveau du recueil des besoins et des spécifications et ne faire aucun choix de conception du système.

Il faut se contenter de décrire les fonctions du système sans chercher à savoir comment les réaliser. Une fois tous les modèles établis, la modélisation sera alors aboutie.

Les différents genres sont action, aventure, comédie et drame. Le système vérifi e que le crédit de la carte est supérieur ou égal à 1 euro. Le système invite le client à aller recharger sa carte au séquence nominale reprend au point 8. Le système annule la transaction toutes les opérations mémorisées par le système sont défaites.

Le système consigne cette erreur date et heure de la transaction, identifi ant du client, iden-tifi ant du fi lm. La vérifi cation de la validité de la carte doit permettre la détection des contrefaçons.

Le système demande au client quels sont ses critères de recherche pour un fi lm les choix possibles sont: Le système recherche les diff érents genres de fi lm présents dans le distributeur. Le client choisit une recherche par titres.

Le client peut se déplacer dans la liste et la parcourir de haut en bas et de bas en haut. Il peut avancer et reculer grâce à un moteur électrique capable de tourner dans les deux sens et commandant la rotation des roues. Il peut changer de direction car les roues sont directrices.

Il est piloté à distance: La communication entre le poste de pilotage et le robot se fait via des ondes radio. La relation de dépendance entre les paquetages signifie que le système de pilotage utilise le robot. Commençons par modéliser le robot. Le système informatique doit-il réaliser lui-même ce transcodage ou bien les fonctions de transcodage sont-elles fournies avec les périphériques? Cela dépasse le cadre de cet ouvrage.

Considérons que le système informatique intervient, ne serait-ce que pour appeler des fonctions de transcodage. Ces contraintes de réalisation font partie des spécifications techniques du système. Ces rôles sont modélisés par deux acteurs: Bibliothécaire et Gestionnaire des contentieux. Si le cas A inclut ou étend le cas B, la flèche est dirigée de A vers B. Le symbole utilisé pour la généralisation est un flèche avec un trait pleins dont la pointe est un triangle fermé désignant le cas le plus général figure 2.

Un cas A inclut un cas B si le comportement décrit par le cas A inclut le comportement du cas B: Les inclusions permettent également de décomposer un cas complexe en sous-cas plus simples figure 2. Cependant, il ne faut surtout pas abuser de ce type de décomposition: Une extension est souvent soumise à condition. Dans la figure 2. La seule relation possible entre deux acteurs est la généralisation: Par exemple, la figure 2. Par contre, le préposé aux commandes ne peut pas gérer le stock.

Rechercher dans ce site. Impression et mise en page. Insertion de la musique. Création d'une base de données. Déterminer les relations entre les tables. La normalisation et les formes normales.

About Smart Grid – Operational Research

Les inclusions permettent également de décomposer un cas complexe en sous-cas plus simples figure 2.

Closed On:

Ce problème arrive fréquemment en situation réelle. Les modèles se complètent et peuvent être assemblés.

Copyright © 2015 ewephoric.gq

Powered By http://ewephoric.gq/