Menu de navigation

Histoire de l'esclavage

.

Parmi de nombreux textes contemporains, un mémoire rédigé au milieu du xviii e siècle par les «Messieurs du commerce nantais» illustre l'importance que les contemporains attachaient à la traite: «Les richesses de nos colonies sont aujourd'hui le principal objet de notre commerce et le commerce de Guinée en est tellement la. ROI = (dollars in revenue)/(dollars spent) - 1 Let’s do that using a hypothetical scenario. You’ve been spending $ a month on paid search and investing $5, on .

Véritable Charte de la colonisation de l’Afrique, cet acte promulga la liberté de navigation et de commerce sur le bassin conventionnel du fleuve Congo, la neutralité des territoires concernés en cas de guerre et la répression de la traite des esclaves.

Elle demeure toujours son âme, sa force et sa sécurité pour l'avenir. Dès son couronnement, Ménélik hérita des lourds problèmes que posaient déjà les établissements de certaines puissances étrangères sur les marches de la nation.

Il y fit face par une habile diplomatie dont les arguments furent, en cas de besoin, appuyés par des guerres toujours victorieuses. Il ne cessa de porter des coups d'arrêt à la colonisation de l'est de l'Afrique et il convient, pour apprécier la valeur de sa résistance, de tenir compte des plans que les grandes puissances avaient élaborés au nom des principes admis à la Conférence de Berlin de pour se partager l'Éthiopie. Face à ces ambitions, la politique de Ménélik II connut trois périodes: Les conséquences de ces luttes diplomatiques aboutirent au conflit italo-éthiopien de En , une compagnie privée italienne acheta une station commerciale à Assab à la sortie du détroit de Bab el- Mandeb , station qu'elle céda en au gouvernement italien.

Celui-ci entreprit aussitôt d'étendre son influence le long de la côte de la mer Rouge et deux expéditions militaires débarquèrent à Massawa en Février et Mars Cet établissement de vive force entraîna aussitôt des escarmouches et des combats avec les Éthiopiens, car Yohannès IV n'admettait pas la conquête de son pays par des troupes étrangères. Les Italiens, pressés d'aboutir, soutinrent Ménélik dont le prestige comme roi du Choa ne cessait de grandir et le poussèrent contre Yohannès IV en l'approvisionnant en armes et en munitions.

Aussi, à la mort de ce dernier, ils obtinrent du nouveau souverain la signature d'un accord dit traité d' Uccialli du 2 mai qui, aux yeux de Ménélik, ne constituait qu'un traité d'amitié sans cessions territoriales. Rome, en revanche, par le jeu d'une traduction peu sûre, le notifia aux grandes puissances comme un acte lui accordant le protectorat sur l'Éthiopie et la possibilité d'établir une colonie en Érythrée.

Ménélik II réagit aussitôt en dénonçant le traité en Février et souleva contre les Italiens les populations de l'Érythrée. Ceux-ci réagirent en occupant le tigré. Ménélik proclama la levée en masse pour défendre la patrie et rassembla une armée de 75 hommes sous son commandement et celui de son cousin le Ras Makonnen. Les Italiens battus à Adoua le 1er Mars laissèrent 12 morts sur le terrain.

Le traité de paix signé à Addis-Abeba le 4 octobre , reconnut à l'Italie son établissement en Érythrée, mais conserva à l'Éthiopie son indépendance et sa souveraineté. A la suite d'Adoua, les grandes puissances s'empressèrent de négocier avec Ménélik II pour fixer les frontières qui garantiraient leur protectorat sur le pourtour de l'Éthiopie. L'accord avec la France, le 20 mars , précisa les limites des territoires d'Obock et de Tadjourah rassemblés sous le titre de Côte française des Somalis.

Il fut acquis sans grandes difficultés. Par contre, avec la Grande-Bretagne, les discussions furent plus longues, car Londres avait signé avec Rome en avril et en mai , deux accords qui constituaient en fait un véritable partage de l'Éthiopie. Ménélik II, aidé par le Ras Makonnen , mena ces négociations avec une maîtrise remarquable et le traité anglo-éthiopien fut signé à Addis-Abeba le 14 mai Avec les Italiens, le problème était plus délicat, car il s'agissait non seulement de fixer les frontières de l'Érythrée, mais encore de tracer la frontière entre l'Éthiopie et la nouvelle colonie nouvelle de Somalie.

Les négociations aboutirent en Septembre Ce traité, qui ne fut jamais publié, fit l'objet d'interprétations diverses de la part de l'Italie et alimenta pendant plus de trente ans les revendications de Rome sur l'Éthiopie. Aux yeux de Ménélik II, les accords de précisaient les limites consenties aux colonisations européennes. Les clauses qu'il avait acceptées devaient lui permettre de nouer des relations de bon voisinage avec les puissances qui l'entouraient sans que celles-ci cherchent à démembrer l'Éthiopie.

En , le Ras Makonnen , personnage de premier plan et bras droit de Ménélik disparaissait. Peu après, l'Empereur ressentait les premières atteintes de la maladie qui allait le rendre infirme. La France, l'Angleterre et l'Italie se hâtèrent de signer entre elles le traité du 16 Mai qui était élaboré, en principe, pour protéger l'Empire contre tout risque de démembrement, dans l'hypothèse d'une crise de succession.

En fait, il s'agissait de s'en distribuer les éventuelles dépouilles. La Grande-Bretagne et l'Italie tentaient depuis de mettre sur pied un nouvel accord de partage. La France, tardivement associée aux négociations, joua un rôle modérateur en faisant exclure certaines ambitions. Ménélik II ne fut pas dupe et récusa cet arrangement en précisant qu'il ne limitait en rien les droits souverains de son pays.

De plus en plus malade, l'Empereur proclama, le 30, octobre , que son successeur serait Lidj - Iyassou , son petit-fils âgé de douze ans, fils du Ras Mikael du Wollo et nomma comme régent le Ras Tessemma. Les conventions qu'il signa avec l'Italie en Mai , avec la France en Janvier et en Mars furent les derniers actes de sa vie bien remplie.

Il mourut en Avril à 67 ans. Souverain éclairé et personnalité puissante, diplomate avisé et stratège de premier ordre, Ménélik II fut également un bâtisseur. Il introduisit en Éthiopie les symboles de la vie moderne malgré l'incompréhension et les réticences de beaucoup de ses sujets.

Sa connaissance des progrès réalisés en Europe et des entreprises étrangères était étonnante. Ses idées en matière de réformes sociales furent décisives pour l'avenir de l'Éthiopie. Il décréta l'abolition de l'esclavage, l'instruction obligatoire, la substitution d'un nouveau code à la loi coutumière et obligea son peuple à se faire vacciner contre la variole. Il créa les postes éthiopiennes en , fit installer le téléphone entre Djibouti et Addis-Abeba en , encouragea la construction de la voie ferrée de la mer à Diré - Daoua en et introduisit le télégraphe.

C'est sous son règne que l'éclairage électrique et les premières automobiles firent leurs apparitions à Addis-Abeba. Il fonda la Banque d'Éthiopie, créa des écoles, des hôpitaux et construisit de nouvelles routes. Il établit les nouvelles bases d'un gouvernement moderne et brisa l'isolement qui coupait l'Éthiopie de la civilisation des Temps modernes.

Sa politique extérieure donna à l'Empire la plupart de ses frontières actuelles. Farouchement patriote, il combattit jusqu'à sa mort les ambitions étrangères qui tentaient de démembrer ce pays qu'il aimait passionnément. Ce fut un grand souverain qui incarna profondément durant toute sa vie, le passé, le présent et les aspirations de son peuple. Le roi Jaja d' Opobo Nigeria fut fait esclave à l'âge de 12 ans.

Après avoir été affranchi, ce jeune Ibo se découvre un talent pour le commerce. Il fonde le territoire d' Opobo aux abords du fleuve Nigeria. Ce lieu se révélera stratégique dans le commerce et sera très vite convoité par les Européens.

Des armateurs du Rhode Island prennent aussi l'habitude du trafic négrier dissimulé. Le Brésil achète, lui, ses esclaves avec de l'or qui est directement recyclé pour acheter des tissus indiens dans les années [ 23 ]. Sans les restrictions aux traites négrières, ce volume aurait au contraire doublé en trente ans, selon l'historien David Eltis, professeur à l' Université Emory , compte tenu de la progression des récoltes et des surfaces plantées aux États-Unis , où la hausse de la productivité et l'allongement de la durée de vie des esclaves ont compensé ces baisses d'importation d'esclaves [ 23 ].

Entre et , neuf négriers du Rhode Island sont condamnés par les tribunaux américains [ 23 ]. Les historiens constatent une chute des prix des esclaves en lorsque les campagnes contre la traite négrière internationale deviennent plus importantes en Angleterre , puis une forte hausse dans les années , en anticipation de l'abolition [ 23 ].

Dans les années aussi, la spécialisation des États-Unis dans le coton fait qu'ils ont presque atteint un quasi-monopole mondial, ce qui les place en position de force face aux marchands d'esclaves [ 23 ]. La majorité des navires commerçant avec les colonies ne pratiquent pas la traite négrière mais le commerce en droiture [ 24 ].

Le circuit en droiture consiste en un aller-retour direct sauf escale nécessaire entre la métropole et la colonie désignée. Le navire part avec de la marchandise vendue dans la colonie aliments spécifiques, outils nécessaires au fonctionnement des colonies, bijoux, tissu fin pour les colons, tissu grossier pour les esclaves puis effectue le trajet en sens inverse après s'être chargé de denrées coloniales coton , sucre , cacao , café , indigo. Commerce direct dont l'aller se révèle peu rentable, il est cependant moins risqué risque financier moindre car rotation plus rapide et ne nécessitant pas de faire le détour par l'Afrique et domine aux deux tiers le commerce triangulaire qui est plus tardif [ 7 ].

Pour ses commanditaires, ce commerce représentait le modèle économique le plus sûr: Les esclaves étaient simplement achetés à des fournisseurs africains. Les conditions de détention des esclaves étaient extrêmement dures: Les esclaves étaient vendus contre des lettres de change ou des matières premières: Les investissements sucriers anglais des années puis français des années , abaissent son prix, mais font monter celui des esclaves en Afrique , relançant les guerres tribales. L' Espagne ignorait le commerce triangulaire.

Le traité de Tordesillas lui interdisant les comptoirs en Afrique, elle concédait des licences d'importation, via l' Asiento.

Les premiers esclaves africains arrivent à Cuba dès La création dans les années de la Compagnie du Sénégal et de la Royal African Company dope le commerce triangulaire. D'immenses fortunes émergent [ 27 ] , sans se réinvestir dans l'industrie: C'est la plus ancienne et la plus obscure, car la moins documentée, des trois traites. Avant , seulement un tiers des captifs africains restaient sur place.

Puis entre et , leur nombre devint supérieur à ceux exportés par les traites occidentales et orientales. Après , les interdictions de traite transatlantique commencèrent à rendre leurs effets et la quasi-totalité des captifs restèrent sur place [ 33 ].

Manning estime à 14 millions le nombre d'esclaves restant sur place, soit l'équivalent de la moitié des captifs exportés par les traites occidentales et orientales [ 33 ].

Le chercheur canadien Martin A. Klein estime lui que, bien avant , plus de la moitié des captifs restaient en Afrique de l'Ouest [ 34 ].

La traite atlantique n'est pas à l'origine de la traite intra-africaine, mais l'augmente et entraîne davantage de guerres tribales. Son existence sert souvent de prétexte humaniste à la constitution des empires coloniaux français, belges, allemand, italien et anglais qui, en effet, y mettent fin mais au prix de la mise sous tutelle coloniale.

Les chiffres établis par l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau portent à 14 millions le nombre d'Africains réduits en esclavage dans le cadre de la traite intra-africaine [ 35 ]. Ralph Davis a raconté les mutineries de Liverpool en août , dans le port , où des marins de navires baleiniers se révoltèrent contre des armateurs désireux de réduire les salaires et furent rejoints par l'équipage d'un navire négrier, avant d'occuper la Bourse de Commerce , où les soldats furent envoyés pour déloger plusieurs milliers de mutins [ 37 ].

La traite des Noirs est abolie par le Royaume-Uni en , les États-Unis en , et en France, par le décret du 29 mars [ 39 ] , quand Napoléon revient au pouvoir lors des Cent-Jours , confirmé par la suite par l'ordonnance royale du 8 janvier et la loi du 15 avril Ces trois pays n'aboliront respectivement l'esclavage qu'en , et [ 40 ].

La France et le Royaume-Uni ont signé une première convention pour la suppression du trafic des esclaves et un traité contre la traite des Noirs le 30 novembre et une convention supplémentaire le 22 mars [ 41 ]. Cette convention prévoit que d'autres puissances maritimes sont invitées à se joindre à ces conventions. Les villes hanséatiques le font le 9 juin [ 42 ] , le Grand-duc de Toscane le 24 novembre [ 43 ] , la république d'Haïti le 29 août [ 44 ].

Le Brésil abolit officiellement la traite en [ 45 ] mais l'esclavage seulement le 13 mai [ 46 ] , ce qui cause le renversement de l'empereur Pedro II [ 47 ].

Le dernier navire négrier arrive à Cuba en [ 48 ]. Si la traite atlantique disparaît, une traite persiste entre l'île de Zanzibar et le monde arabe. Une nouvelle forme de traite apparaît: L'abolitionnisme avait cependant tenté d'interdire l'esclavage bien plus tôt. La Révolution française abolit l'esclavage le 4 février [ 50 ] , mais Napoléon Bonaparte le rétablit par le décret du 30 Floréal An X 20 mai après la restitution de la Martinique à la France par la paix d'Amiens 25 mars [ 51 ] et plus encore lors du soulèvement de Saint-Domingue qu'il tente vainement de combattre par une expédition désastreuse qui ne peut empêcher l'indépendance d' Haïti [ 52 ].

L'abolition de l'esclavage ne sera définitive pour les autres colonies françaises qu'avec le décret du 27 avril [ 53 ]. En Louisiane , le gouverneur espagnol, Francisco Luis Hector de Carondelet , avait interdit toute importation d'esclaves en Son prédécesseur Esteban Rodríguez Miró , avait banni en l'importation d'esclaves nés dans la Caraïbe , la limitant à ceux qui venaient d' Afrique.

La Révolution haïtienne de son côté, combattit la piraterie des années dans la Caraïbe , liée à la traite négrière illégale, pour rendre la traite plus dangereuse et plus difficile. Entre et , la moitié des esclaves transportés par le Rhode Island vont à Cuba mais après , Cuba est approvisionné directement en Afrique, les danois et anglais, qui règnent sur le commerce inter-antillais, ayant cessé la traite négrière, ce qui fait chuter les prix sur ce marché.

En Afrique, dès que les adolescents atteignaient l'âge nubile, leurs parents organisaient leur mariage, comme cela se pratique encore localement. Après négociation entre les chefs de famille, les jeunes filles étaient vendues par leur propre père à leur futur époux en échange d'une dot.

Elles devaient obéissance à leur mari comme à un maître et devaient le servir pour le restant de leur vie par leur travail et leur soumission à ses désirs sexuels. Toute épouse ne pouvant satisfaire son mari ou lui donner un garçon était répudiée et toute femme adultère pouvait être condamnée à mort et même lapidée dans le monde islamique. O rganisation de la traite des esclaves. Durant le Moyen-Age et les débuts de l'Islam, la traite des Noirs en Afrique ne déboucha pas sur des déportations massives, violentes et traumatisantes des populations.

Déjà soumis à des us et coutumes ségrégationnistes, les prisonniers ou les victimes de rapts acceptaient leur condition d'esclave avec résignation.

D'autre part, il était vain de se révolter car les marchands d'esclaves étaient armés et ne faisaient pas de quartier. Ceci explique pourquoi aujourd'hui nous retrouvons des populations noires dans toutes ces régions.

Tableau peint par Jean-Léon Gérome vers Les marchés d'esclaves se développèrent surtout au Maroc, en Lybie Tripoli , en Egypte et dans le sud de l'Arabie Yemen. La traite transsaharienne passaient notamment par l'aristocratie Touareg et Mangas qui exportaient principalement les Noirs vers le nord de l'Afrique et l'Arabie. La valeur des esclaves variait selon qu'il s'agissait d'une fille pubère 80 à cowries, un enfant 60 à cowries , un jeune pubère 50 à cowries ou un adulte 30 à cowries.

Ces marchés d'esclaves possédaient leurs propres caractéristiques. Ainsi, en Afrique subsaharienne le prix des femmes esclaves dépassait celui des hommes car elles étaient plus nombreuses et pour ainsi dire polyvalentes elles pouvaient s'acquitter des tâches ménagères, être épouse, prostituée, ouvrière, etc. En revanche, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, le prix des femmes était encore plus élevé que dans la région subsaharienne alors que les hommes esclaves travaillaient également dans l'agriculture et dans l'armée.

Quant à l'Amérique, les fermiers avaient surtout besoin d'une main-d'oeuvre robuste et donc d'esclaves masculins. Mais malgré la maltraitance ou le choix du sexe, rien n'explique qu'il y eut deux fois plus d'hommes que de femmes esclaves dans le Nouveau Monde. Une chose est sûre, les femmes esclaves étaient surtout demandées sur les marchés esclavagistes africains. Il y en eut autant exportés vers le Nouveau Monde.

Le langage courant à conserver une trace de cette époque; le mot arabe abid qui désigne un serviteur ou un esclave est devenu synonyme de Noir. Grâce à l'importation d'une importante main-d'oeuvre d'esclaves noirs, les Arabes y développèrent la culture du giroflier. Rapidement le sultanat de Zanzibar devint l'une des principales routes du commerce négrier en Afrique orientale.

Document AKG publié sur Brazza. L'Ecossais Mungo Park qui explora cette région peu avant rapporta que dans les lieux qu'il visita une personne sur quatre avait le statut d'esclave ou de travailleur forcé.

C'étaient des prisonniers de guerre ou des prisonniers pour dettes. Bien qu'en , le sultan Seyid-Saïd ait interdit l'exportation des esclaves, ses comptes précis permettent d'évaluer à plus de le nombre d'esclaves qui transitèrent par Zanzibar entre et !

A partir de , les Britanniques tentèrent de réduire l'esclavage sur cette île mais le commerce continua clandestinement jusqu'au début du XX e siècle. En fait il perdure encore aujourd'hui sous une forme à peine plus moderne. Entre-temps, en , le pasteur et explorateur d'origine écossaise David Livingstone explora la région du Congo et passa près des sources du fleuve Congo en Il raconta avoir vu au cours d'une exploration des esclaves capturés par les Arabes et apprit que esclaves avaient été déportés à Zanzibar.

Sur son chemin, il vit des squelettes et des ossements d'esclaves morts lors de la marche, et cela dans chaque village qu'il parcourut. En , le journaliste et explorateur américain Henry Morton Stanley partit à la recherche de Livingstone porté disparu depuis quelques années et arriva à Nyangwe, au Congo.

Il découvrit un peuple anthropophage. Il se rendit compte à son tour de la présence des Arabes et remarqua qu'ils prenaient des Congolais en esclavage. Stanley, que les Congolais appelaient "Bula-Matadi" "celui qui casse les cailloux" , arriva à Zanzibar en et fut stupéfié par l'ampleur du trafic négrier.

Comme Livingstone il constata qu'ici également la traite était organisée par des Arabes. Son récit va révolter les Européens et contribuer à soulever l'opinion mondiale contre l'esclavage. Le récit qu'en fit le Dr Livingstone est devenu célèbre:

Si un esclave est puni de mort sa valeur sera estimée par deux principaux habitants de l'île article Son aventure marqua le début de l'hégémonie portugaise en Afrique de l'Ouest, connue à l'époque sous le nom de Côte d'Or car les marchands y échangeaient de l'or contre du poivre.

Closed On:

Discours de Willie Lynch Ce discours a été prononcé par Willie Lynch au bord du fleuve James dans la colonie de virginie en Malheureusement, même dans nos pays certains machos le pensent encore.

Copyright © 2015 ewephoric.gq

Powered By http://ewephoric.gq/